Lecture-plaisir

Partage et avis sur: Littérature française, Littérature américaine, Littérature anglaise, Littérature enfant, SF etc...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Dame Blanche

Aller en bas 
AuteurMessage
emily_merry
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 29
Localisation : poussay (vosges) et strasbourg (pr mes études)
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: La Dame Blanche   Mar 18 Juil - 17:15

Prologue
Dans les temps anciens, alors que les hommes ne formaient qu'un seul peuple, naissèrent deux frères. Ils étaient jumeaux et devinrent des Sages. La création leur donna les pouvoirs et pour mission de faire régner la paix sur terre. Car il était déjà évident que les hommes allaient se diviser. Quand ils furent assez reconnus pour être écoutés c'est-à-dire à l'âge de 128 ans, les deux sages firent venir cinq jeunes hommes et un elfe. Ils venaient d'horizons différents mais tous avaient la même passion : les oiseaux. Les sages leurs demandèrent de confectionner chacun une amulette représentant ce qu'ils aimaient le plus dans la race humaine ou elfique. Après deux mois ils eurent tous finis. Les sages les convoquèrent alors et ils leurs remettèrent les pendentifs. Il y avaient un aigle, fabriqué par le fils d'un noble, un faucon inventé par un jeune homme ingénieux, une colombe créée par un marchand, un rossignol confectionné par un jeune troubadour, un quetzal fabriqué par un homme du Sud et un phénix créé par l'elfe. À ces amulettes, le Sage aux cheveux noirs ajouta celle qu'il avait conçue. Elle représentait une chouette neigeuse. Les deux Sages se retirèrent un instant avec les sept amulettes. Ils unirent leur pouvoir pour donner à ces oiseaux d'or blanc le pouvoir d'unir les hommes. Ils leurs donnèrent aussi beaucoup d'autres pouvoirs dont celui de réaliser la volonté du porteur si celle-ci était juste. Ils revinrent alors dans la pièce où étaient les jeunes hommes. Le Sage aux cheveux blancs leurs donna à chacun l'amulette qu'il avait confectionnée et leur dit :
— Votre tâche est maintenant accomplie. À travers ces médaillons vous avez transmis le meilleur de l'homme. Mon frère et moi avons pourvu ces médaillons de pouvoir. Cependant leur principal pouvoir qui est celui d'unir les hommes ne peut s'exercer que si les porteurs de ces amulettes sont unis et ont la même volonté.
— Ainsi, ne vous divisez pas, ajouta son frère, car dans ce cas les amulettes ne pourraient exercer leur véritable raison d'être.
Les jeunes hommes acquiescèrent puis, après plusieurs autres recommandations des Sages, ils retournèrent chez eux. La septième amulette, celle confectionnée par le Sage aux cheveux noirs disparu. Nul ne sut où elle était assez mais les deux Sages savaient que lorsque la septième amulette reviendrait, le sort du monde se jouerait. Le temps passa et les six confectionneurs s'oublièrent, diminuant ainsi le pouvoir des amulettes. Les hommes prospérèrent puis se formèrent des tribus. Certaines partirent pour les terres lointaines et les autres commencèrent à se battre pour conquérir les landes les plus fertiles. Les deux Sages décidèrent de se séparer. Le premier Sage, celui qui avait demandé la confection des amulettes alla vers l'Ouest pour essayer d'arrêter les guerres tandis que le second, celui qui avait confectionné la chouette, alla vers l'Est dans le même but. À partir de ce jour les deux Sages ne se revirent plus. Le Sage qui alla vers l'Ouest fut appelé le Sage Blanc car ses cheveux étaient de couleur de la neige. Il ne réussit pas à unir les hommes car ceux-ci aimaient se battre. Le Sage qui alla vers l'Est fut appelé le Sage Noir car ses cheveux étaient de la couleur de la nuit. Il réussit à unir les hommes vers l'Est et forma un grand peuple. Le Sage Blanc regardait souvent vers l'est pour voir ce qui se passait mais tout ce qu'il vu fut désolation et ruines. Son frère était introuvable et ses appels restèrent sans réponse.
Dans le temps où les hommes de l'Ouest s'unirent après six siècles de guerres incessantes et regardèrent vers l'Est ils virent une grande forteresse. Ils envoyèrent des messagers pour essayer de faire du commerce mais aucun ne revint. Alors, ils firent appel au Sage Blanc. Celui-ci se dirigea vers la forteresse et appela de nouveau son frère. Il n'obtint pas de réponse. Alors, il concentra son pouvoir et se changea en corbeau pour voir se qui se passait à l'intérieur. Le corbeau n'était pas son oiseau préféré mais le ciel en était empli ce qui lui permit de passer inaperçu. A son grand effroi, il découvrit que derrière les murs noirs se cachait une immense armée. Il vola vers la haute tour qui était située au centre. A l'intérieur, il reconnu son frère. Lui qui jadis s'habillait des couleurs du printemps portait maintenant une sombre cape noire sous laquelle se devinait une armure. Le Sage Blanc entra dans la tour par une meurtrière et repris sa forme humaine. Son frère ne fut pas étonné.
— Je savais que tu finirais par venir, dit le Sage Noir en guise de salutation.
— Bonjour mon frère, répondit le Sage Blanc, m'inquiétant de ne pas avoir de réponse à mes appels, je me suis permis de venir te déranger dans cette demeure qui semble être tienne.
Le Sage Noir lui lança un regard de haine. Nul ne sut ce qu'ils se dirent ensuite mais lorsque le Sage Blanc revint dans sa demeure son visage était blême. Son frère l'avait trahi. Il convoqua les rois des Royaumes de l'Ouest et leur décrit ce qu'il avait vu: l'immense armée qui se terrait derrière les murailles, les machines de guerre si puissantes qu'elles pouvaient démolir une ville en une journée, la désolation des landes,... Il leur cacha la trahison du Sage Noir car il ne voulait pas leur ôter tout espoirs mais les rois n'étaient pas idiots et ils comprirent rapidement que le Sage Noir était le chef de l'armée de l'Est. Ils décidèrent d'unir leurs forces pour pouvoir se défendre contre une probable attaque venant de l'Est mais leurs hommes étaient peu nombreux car trop de gens avaient été massacrés durant les guerres précédentes. De plus, ils ne savaient pas vraiment ce à quoi cette armée devait servir.
Le Sage Blanc réfléchi. La force des hommes ne suffirait pas à défendre les terres de l'Ouest si son frère se décidait à attaquer. La défaite serait immédiate. Il ne voyait qu'une seule chose susceptible de leur donner une chance de gagner: rassembler les sept amulettes. Leur pouvoir uni donnerait du courage aux guerriers et permettrait de contrer les attaques. Cependant, il avait perdu la trace de cinq amulettes depuis bien longtemps. Seules l'amulette fabriquée par l'elfe et celle conçue par son frère étaient dans un endroit connu du Sage. La chouette blanche se trouvait dans un autre monde, un monde parallèle au sien. Il savait que le jour où cette amulette reviendrait avec son porteur dans ce monde, l'unique guerre contre le mal s'enclencherait car c'est ainsi qu'il en avait décidé avec son frère au commencement du règne des hommes. Il décida de partir à la recherche des autres amulettes. Il commença par aller voir les elfes pour s'assurer que l'amulette représentant un phénix était toujours entre leurs mains. C'était une jeune elfe qui la détenait. Durant des années il parcouru les royaumes de l'Ouest sans en trouver. Mais il gardait toujours espoir car il sentait qu'elles étaient dans l'Ouest. Pour accélérer ses recherches il alla voir les elfes qui peuplaient la forêt de son domaine. Ceux-ci sortirent alors pour trouver les amulettes. Ils en trouvèrent deux autres et le Sage qui était parti vers le Sud en trouva une. A chaque découverte, il remettait l’amulette au descendant de son confectionneur. Il ne manquait plus que deux amulettes. Les elfes doublèrent leurs efforts pour les retrouver car le temps pressait et pour être efficaces, les porteurs des devaient se connaîtrent et être unis. Après deux années, ils avaient retrouvé toutes les amulettes. Il ne manquait plus que la chouette. Le Sage fit en sorte de se faire rencontrer les porteurs et rapidement certains devinrent amis. Le Sage les informa qu’il recherchait une personne qui portait une amulette semblable aux leurs représentant une chouette et les renvoya dans leurs demeures, mais aucun ne savait ce que représentait le pendentif qu’il portait. Le Sage préférait attendre que la septième amulette arrive…


Ne pas cliquer
ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emily_merry
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 29
Localisation : poussay (vosges) et strasbourg (pr mes études)
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: La Dame Blanche   Mar 18 Juil - 17:18

Alors, est-ce que le prologue vous plait???
PS: déolé s'il y a quelques fautes mais à force de taper on les remarque plus!
Ne pas cliquer
ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Dame Blanche
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le parfum de la dame en noir...
» Médaille N-Dame d'Einsiedeln - Suisse (1) - XVIIème
» Sandition, un roman achevé par une autre dame (Marie Dobbs)
» La Dame à l'écriture (Kendor)
» [Cabasson, Armand] La Dame des MacEnnen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lecture-plaisir :: Général :: Vos essais personnels...-
Sauter vers: