Lecture-plaisir

Partage et avis sur: Littérature française, Littérature américaine, Littérature anglaise, Littérature enfant, SF etc...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Philippe Besson

Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 456
Date d'inscription : 26/01/2005

MessageSujet: Philippe Besson   Jeu 14 Avr - 8:40

Philippe Besson, L'arrière-saison, Julliard.
2260016103
Un monde distant et quelque peu désenchanté.
Le tableau d'Edward Hopper, The nighthawks, sur la page de titre, cible essentiellement la situation et les personnages, quand l'autre moitié du tableau, sur la quatrième de couverture, introduit la distance, comme un au-revoir. Ainsi à la lecture du livre, on vit avec les personnages dans le café "chez Phyllis", et à la fin nous les quittons quand ils sortent du café, et se séparent.
Chacun découvrira l'histoire. Ecoutons pourtant les dialogues échangés :

-"Rachel ne t'a pas accompagné à Hyannis ?
- Rachel et moi, nous sommes séparés."

Concision des paroles qui fait contraste avec les turbulences intérieures qu'elles déclenchent. Sur les visages rien ne transparaît, mais l'essentiel se joue à l'intérieur. On pense être sur la terre ferme, mais "du café dont deux fenêtres sont ouvertes, on croirait entendre l'ocean qui gronde, les vagues qui roulent et se jettent contre les falises, le choc de l'eau et du granit en contrebas."
Dans le silence et l'indifférence affichée des attitudes, chacun décrypte intérieurement les significations et les souvenirs, analyse les paroles et les mimiques.
Drames de personnages somme toute assez ordinaires, évocations de ruptures et des cicatrices laissées, précarité des couples ; la tranquillité apparente cache encore l'inévitable déclin de "l'arrière-saison". Philippe Besson sait choisir ses titres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grain-de-sel.cultureforum.net
rotko
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 456
Date d'inscription : 26/01/2005

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Jeu 14 Avr - 8:46

Rolf Günter Renner, Edward Hopper, Benedikt Taschen.
3822805114
L'homme qui regardait par les fenêtres.
Qualifié de neo-realiste, Hopper fait des tableaux qui relèvent plutôt de visions oniriques, et qui, loin d'être des illustrations objectives de la vie américaine, manient l'ironie ou engendrent les fantasmes. L'ouvrage présente de nombreux tableaux, les analyse et renvoie à des commentaires brefs et éclairants.
C'est donc une bonne initiation à l'univers d'un peintre qui "metamorphose le réel" par la transposition de ses perceptions intimes.
Dans les scenes d'interieur, le peintre regarde par les fenêtres et décline les "symboles des désirs charnels latents inscrits dans la société américaine".
Pour les paysages urbains, écoutons Francois Bon :

:"Ce qui se peint, c'est notre idée de la ville, ce que nous mettons en jeu entre nous et le dehors lorsque nous disons le mot ville."
in "Dehors est la ville, essai sur Edward Hopper", aux éditions Flohic en 1998. Remercions ces intercesseurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grain-de-sel.cultureforum.net
rotko
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 456
Date d'inscription : 26/01/2005

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Ven 15 Avr - 20:20

D'un livre à l'autre, l'auteur peut se montrer plus ou moins inspiré, ou..... le lecteur plus ou moins réceptif !
J'avoue - sans me sentir coupable, n'avoir pas aimé de Philippe Besson, Un garçon d'Italie, (Julliard).

"qu'est-ce que je fous-là ?" me suis-je dit Bad) Voici pourquoi :

- "Je me demande comment je peux appartenir à ce monde-là, de la délinquance, de la dérive." s'écrie Anna p 85. Pour moi c'est le signal du départ, et j'abandonne ma lecture ! Bad)

Résumé des épisodes précédents.
Luca est mort, sa compagne Anna apprend la nouvelle et connaît le vide de l'absence. Leo, le jeune homo, se rappelle un ami très intime. Ces troix voix alternent dans des chapitres très courts, d'une page et demie à trois pages maximum.
L'ensemble est écrit correctement, les petites nuances d'ironie chez Luca - le mort parlant, les interrogations d'Anna, le désarroi de Leo, j'étais prêt à les accepter. Mais ne voir que de temps en temps la compagne aimée, vivre une liaison homosexuelle avec un qui tapine régulièrement à la gare, ce n'est pas mon monde. Je me sens bien extérieur à toutes ces pratiques. Pour moi, le texte reste froid, et le retour mécanique des trois interlocuteurs ne crée pas d'émotion.
Voilà donc pourquoi j'ai boudé ce livre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grain-de-sel.cultureforum.net
Belle de jour
Lecteur contagieux
avatar

Nombre de messages : 1194
Localisation : Ici ou ailleurs
Date d'inscription : 25/07/2004

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Sam 16 Avr - 0:56

J'ai lu Un garçon d'Italie..jusqu'au bout.. car il n'était pas trop épais. Je me faisais une joie de le lire, car les critiques et le résumé étaient allechant!

Quelle déception. Tout comme toi Rotko j'ai trouvé l'ensemble froid et sans vie. Je n'ai vraiment pas réussi à entrer dans ce livre. Et depuis je me méfie des écrits de cet auteur que je n'avais jamais lu auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(&&**)
Bavard


Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: À propos d'Un garçon d'Italie   Sam 16 Avr - 20:15

Ce projet d'écriture, un roman à 3 voix narratives, se fondait sur une idée fort intéressante. Malheureusement, Philippe Besson a trouvé le moyen de faire tout, sauf en tirer profit.

Première erreur
Donner la parole, dans un relais narratif, aux trois protagonistes si on n'a pas l'intention de les sortir d'un flou identitaire. En effet, les trois personnages ont un don pour décrire le décor, mais pas leur personnalité. C'est louche.

Deuxième erreur
Un personnage peut être criblé de paradoxes, certes, mais outrageusement incohérent dans sa structure première... Aurevoir l'écriture crédible ! C'est le cas pour Anna, la femme, aux mesures démesurées. Quant à Luca qui parle de l'outre-tombe, on s'attend à un rôle important, alors qu'il n'apprend rien du tout au lecteur. Besson aurait mieux fait de faire parler un journal intime retrouvé après sa mort...

Troisième erreur

L'enquête policière, qu'elle soit primordiale ou accessoire, doit toujours être finement travaillée. En littérature, il existe un genre spécialisé dans le domaine. Ne pas le respecter, c'est inconsciemment attirer le fiel.

Or, que reste-il ? De belles images d'Italie ! Mais encore trop peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rotko
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 456
Date d'inscription : 26/01/2005

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Dim 17 Avr - 19:20

comme quoi un auteur pourtant avisé peut passer a côté de la cible. Marie, lis l'arrière saison, a mon sesn c'est très reussi. Là encore Besson prenait des risques, mais il gagne cette fois ci Bad)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grain-de-sel.cultureforum.net
(&&**)
Bavard


Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: L'arrière saison   Dim 17 Avr - 21:53

Même si j'ai plutôt très mal reçu Un garçon d'Italie, je veux bien laisser une seconde chance à Philippe Besson. Je prends donc ce titre en note.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belle de jour
Lecteur contagieux
avatar

Nombre de messages : 1194
Localisation : Ici ou ailleurs
Date d'inscription : 25/07/2004

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Dim 17 Avr - 22:32

J'ai vraiment trouvé ton exposé très clair et juste marie. Merci

Mhh Rotko je ne sais pas si je me laisserai tenter à nouveau par cet auteur j'hesite encore. Mais moi aussi je note le titre de l'arrière saison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(&&**)
Bavard


Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Philippe Besson, c'est fini !   Jeu 9 Juin - 13:50

Voilà, j'ai laissé une seconde chance à Philippe Besson en lisant son apparemment chef-d'oeuvre, L'arrière-saison.

Ce fut d'UN ENNUI MORTEL !
Ce second livre confirme ce que je reproche à l'auteur: son inégalité. Parfois, il fait une interprétation du comportement humain (par exemple) digne de la plus grande finesse. Puis, quelques pages plus loin, il sombre dans une kyrielle de clichés puisés dans de vieux magazines féminins à deux centimes.

Ce qu'il m'énerve ce Philippe Besson !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belle de jour
Lecteur contagieux
avatar

Nombre de messages : 1194
Localisation : Ici ou ailleurs
Date d'inscription : 25/07/2004

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Jeu 9 Juin - 16:01

Ouhlalal Marie,

Merci! Ta critique va me permettre d'éviter de perdre mon temps avec monsieur Besson. Donc je laisse cet auteur aux amoureux du genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philippe Besson   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe Besson
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philippe Besson
» [Besson, Philippe] Un garçon d'Italie
» [Besson, Philippe] Retour parmi les hommes
» Philippe BESSON -L'Arrière-saison
» [Besson, Philippe] L'arrière-saison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lecture-plaisir :: Littérature :: Littérature francophone...-
Sauter vers: