Lecture-plaisir

Partage et avis sur: Littérature française, Littérature américaine, Littérature anglaise, Littérature enfant, SF etc...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jean d'Ormesson

Aller en bas 
AuteurMessage
Bachy Pierre
Bavard
avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Jean d'Ormesson   Lun 10 Avr - 18:56

Une fête en larmes


La vie est un rêve sombre et tragique. Elle est très belle et très gaie. « Une fête en larmes », le titre du dernier roman de Jean d'Ormesson est un oxymoron. Son livre ressemble curieusement à une autobiographie... rêvée, c'est ce qui justifie le mot roman. Par exemple, contrairement au personnage du livre, il n'a jamais enseigné aux Etats-Unis. Il est vrai qu'au lendemain de son agrégation de philosophie, on lui avait proposé d'aller enseigner à Bryn Mawr, un établissement composé d'une majorité de jeunes filles. Il était tellement content d'y aller qu'il est tombé malade. Il ne sait pas si c'est cela qui l'a travaillé au point d'en arriver là. De même, il n'a jamais travaillé avec M. Poncet. Il a écrit une vie rêvée. « Une fête en larmes » est le résumé de son existence. L'écrivain a recours à une forme très répandue aujourd'hui : l'interview imaginaire.

A première vue, on a affaire à un tour confortable : un auteur se prémunit contre les questions indiscrètes en les concevant lui-même. La jeune journaliste de L'Express, Clara Sombreuil, auquel il est confronté est des plus accommodantes, en plus d'être charmante. Comme nombre de ses consoeurs, elle se montre très avide dé confidences intimes, mais Jean d'Ormesson lui fait vite entendre raison sur ce terrain. Les informations prodiguées semblent correspondre à la réalité. Le parcours éditorial de l'auteur est conforme : il fut effectivement découvert par Julliard, rencontra le succès chez Gallimard, et se permit quelques incartades du côté de Lattès et de Laffont.

Depuis un certain temps, l'auteur tient des propos désabusés sur la postérité, sur le roman, sur l'avenir des lettres, sur la désolation de cette langue française en train de décliner après avoir régné trois siècles sur le monde. Il revendique ses droits à la galéjade en se réclamant d'Aragon pour qui il eut, de tout temps, une inclination notoire. Le mentir vrai, tout est là, et ici il ne s'en est pas privé. Il n'a jamais, tout jeune homme, recueilli les remerciements de de GauIIe pour le dévouement de son père. On en déduit qu'il a glissé dans ses pages son antidestin. Comment en avoir le coeur net ? Jean d'Ormesson n'a pas, jusqu'à ce jour, suscité l'intérêt d'un biogra­phe méticuleux, à la britannique, qui permettrait, point par point, de confirmer ou d'infirmer ses dires. Alors, quel est le véritable propos de cette « Fête en larmes » ? Un adieu à la littérature peut-être, dont le livre a l'air de faire mélancoliquement son deuil. On ne se doutait pas que derrière les pirouettes de cet enchanteur pouvait se dissimuler un tel désenchantement tout en n'étant pas un écrivain tendu, ni pathétique.bien qu'il lui semble traverser une époque très bouleversée.

http://users.skynet.be/pierre.bachy/ormesson_fete_en_larmes.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://users.skynet.be/pierre.bachy/index.html
 
Jean d'Ormesson
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean d'Ormesson
» Une fête en larmes de Jean d'Ormesson (*)
» [Ormesson, Jean (d')] C'est une chose étrange à la fin que ce monde
» Jean d'Ormesson
» [Racine, Jean] Phèdre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lecture-plaisir :: Littérature :: Littérature francophone...-
Sauter vers: